This article is also available in English.
Quel est le bon jour pour commencer son sprint ? Quelle est la bonne heure pour le daily scrum ? Et concernant les évènements Scrum; la rétrospective doit-elle se passer juste après la revue de sprint ?
Le Scrum guide ne donne aucune indication, laissant les équipes s’ajuster, mais avec l’expérience, quel jour alors doit-on commencer son sprint ?
Note : article publié aussi sur le blog de TalanLabs

Le Sprint & les cérémonies qui en découlent

Le plus logique, serait de commencer un sprint le lundi. Après tout, c’est le début de la semaine (quoi que c’est très relatif). C’est parfait, la semaine débute, tout le monde est motivé. En plus, on le termine un vendredi : la fin de la semaine marquant la fin du sprint. Facile.

Lundi

D’après le professeur Debbie Moskowitz, spécialiste du comportement, bien que le matin soit peu propice, le lundi après-midi est particulièrement efficace. C’est un bon moment pour le planning et la définition d’objectifs en général. Mais attention, certain prolongent leur week-end ou leurs vacances.

Mardi

Une enquête menée en 2010 par des chercheurs de la London School of Economics, décrit le mardi comme « traitre ». Cela serait le jour de travail le plus déprimant.
D’après cette enquête, le lundi notre cerveau baigne encore dans l’euphorie du week-end, alors que le mardi, nous sommes bien entrés en mode travail et le prochain week-end est encore bien loin.
Toujours d’après Debbie Moskowitz, mardi n’en reste pas moins la journée la plus productive de la semaine.

Mercredi & Jeudi

Toujours d’après Moskowitz, le mercredi et le jeudi sont des journées assez efficaces. Attention néanmoins, mercredi est souvent le jour du télétravail et des enfants. Bien qu’une cérémonie Scrum puisse se tenir à distance, il vaut mieux chercher à l’éviter quand c’est possible.

Vendredi

On est déjà plus ou moins en week-end, certains se font un grand week-end qui débutent le jeudi soir, et se prolonge même jusqu’au mardi matin. Et il est très difficile de garder concentrée une équipe un vendredi après-midi pour une rétro, après une séance de review. Une bonne rétrospective demande de l’attention et un engagement. Certains peuvent partir en week-end le soir-même et sont donc pressés de partir le plus tôt possible. Le vendredi n’est pas forcément le meilleur moment pour des longues réunions importantes comme la revue de Sprint et la rétrospective. Le planning du prochain Sprint risque aussi d’être bâclé.

En conclusion : commencer son sprint en milieu de semaine

Certaines expériences (celles de Rishi Devendra ou de Paulo Dias par exemple) montrent que commencer un sprint en milieu de semaine (le mercredi pour le terminer un mardi suivant par exemple) est une bonne stratégie.

Pour ma part et en en fonction des recherches décrites ci-dessus pour des sprints de deux semaines ou moins (les cérémonies prennent généralement plus de temps pour des sprints plus longs) :

Faire une review et une rétro le mardi matin (avec des croissants chauds) peut être intéressant. L’équipe est assez alerte et concentrée pour tirer le meilleur de ces cérémonies importantes.
Le lundi est alors un bon moment pour permettre à l’équipe de préparer sereinement sa démo en déployant une dernière fois; le Scrum Master à le temps d’élaborer sa rétrospective et le Product Owner peut aussi affiner son prochain sprint avec l’esprit frais et reposé.

Savoir qu’il reste encore le lundi matin pour finir, cela peut aussi éviter à l’équipe de développement de travailler le week-end (et donc en shadow-velocity*).

Cela permet de commencer le sprint le mardi après-midi avec la Planification de Sprint. Une cérémonie importante qui doit être bien faite et donc, doit prendre le temps qu’il faut. Une Planification de Sprint est intense ; l’équipe y laisse de l’énergie et pourrait perdre en efficacité l’après-midi si le planning se déroule le matin.

— —

Quoi qu’il en soit, parlez-en avec l’équipe et les parties prenantes. Prenez en compte les contraintes de chacun, du pays avec le(s)quel(s) vous travaillez. Et n’hésitez pas à faire un essai. En effet, si les parties prenantes ne travaillent pas le lundi, jour de la démo, celle-ci n’a que peu d’intérêt et le sprint suivant ne sera pas calé sur leurs retours et leurs besoins.

Idem pour l’heure du daily scrum. Elle doit convenir à tout le monde. Si la moitié de l’équipe arrive 10 minutes en retard trois fois par semaine, alors il convient d’en discuter et de le déplacer d’une demi-heure au moins, ce qui évite le stress d’arriver pile à l’heure, et permet de se poser confortablement quelques minutes avant pour préparer la cérémonie convenablement.

Cas exceptionnels

Vous vous retrouverez avec des sprints qui ne pourront pas commencer tel ou tel jour, quelque soit votre choix. Dans ce cas, ne décalez pas votre sprint. Le sprint commence toujours à la date définie, juste après le précédent et se termine toujours juste avant le début du prochain. C’est important pour la vélocité et donc la prédictibilité du système**. En cas de jour férié, d’épidémie de grippe ou de voyage d’entreprise, ne changez pas la date de début du sprint, mais déplacez les cérémonies et ajustez la prédiction de l’équipe sur sa capacité, en fonction (moins de jour de développement = moins de vélocité, mais ce n’est pas grave si c’est compréhensible).

Shadow-velocity : terme inventé pour décrire le travail fait le soir, le week-end ou pendant les vacances et donc hors sprint et qui ne sera pas comptabilisé dans la vélocité officielle. Un futur article y sera consacré.

** Le Scrum Guide n’oblige pas à caler un sprint sur 5, 10, 15 ou 20 jours ouvrés. Un sprint peut durer 7 jours, commençant lundi et finissant le mardi de la semaine suivante, mais il est souvent plus simple de garder une régularité. En effet, si les sprints commencent toujours le même jour de la semaine, on ne se pose pas de questions. Sinon, le second sprint de 7 jours ouvrés sera alors du mercredi au jeudi de la semaine suivante, et ainsi de suite, et tout le monde risque de s’embrouiller.

Leave a Reply